iStock-1282091773.jpg

Formations Infirmiers

Picc-line et Abords vasculaires

iStock-916906550.jpg

La voie veineuse, qu’elle soit périphérique ou centrale, est un acte très fréquent. On estime à 25 millions le nombre annuel de cathéters veineux uniquement périphériques mis en place en France. Il consiste en l’introduction aseptique dans le système veineux, par voie transcutanée, ou chirurgicale, d’un cathéter afin de disposer d’un abord veineux. Ses indications sont multiples. Elles vont de la mesure de certains paramètres jusqu’aux actes thérapeutiques et/ou diagnostiques.

Le PICC Line (pour Peripheral Inserted Central Catheter), fait partie des cathéters veineux centraux inséré via une veine périphérique du bras et dont la partie distale se situe entre la veine cave supérieure et l’oreillette droite. Ce dispositif peut être utilisé de façon continue ou intermittente et permet l’injection, la perfusion et le prélèvement sanguin. La pose du dispositif a lieu au bloc opératoire sous échoguidage. L’indication de pose dépend du traitement du patient, de sa durée, du contexte de soins, du capital veineux du patient mais aussi de son choix. Son entretien et son suivi demande une attention particulière.

L’objectif de cette formation est l’amélioration de l’entretien et de la surveillance de l’ensemble des abords veineux, mais plus précisement du picc-line. Ainsi que l’appréhension de façon globale des dispositifs et des implications sur la prise en charge du patient.

Plaies et cicatrisation

Aujourd’hui en France on estime à 700 000/an le nombre de patients porteurs de plaies chroniques et complexes.

La peau est un organe complexe et le processus de cicatrisation l’est tout autant. La cicatrisation est indispensable car elle permet de rétablir la protection des organes internes face aux aggressions extérieures : mécaniques, chimiques, physiques ou biologiques.

 

De plus la peau joue un rôle essentiel dans la thermo-régulation.

Parfois, ce processus de cicatrisation est mis à mal par différents facteurs (malnutrition, infections, certaines maladies métaboliques, atteintes vasculaires ou immunologiques, la sédentarité...).

iStock-547422364 (1).jpg

Soins palliatifs et démarche palliative

iStock-1218464621.jpg

Cette formation répond aux conclusions récentes des institutions de tutelle (ANS, HAS) visant à améliorer la prise en charge globale des patients en soin palliatif :

Ainsi, quatre principaux axes d’action sont confirmés :

  • Informer le patient sur ses droits et le placer au cœur des décisions qui le concernent,

  • Accroître les compétences des professionnels et des acteurs concernés,

  • Développer les prises en charge au domicile,

  • Réduire les inégalités d’accès aux soins palliatifs.

    Acquérir des connaissances en termes de savoir, savoir-faire et savoir-être afin d’entraîner des modifications dans la pratique des soins palliatifs

    Développer les capacités à accompagner les personnes en fin de vie et leur famille Aider les soignants à exercer leur métier avec compétence et professionnalisme. En permettant à chaque personne de :

    • Se positionner dans l’évolution des soins palliatifs

    • Dégager une réflexion éthique quant à sa pratique

    • Donner du sens à sa pratique

    • Réaliser une relation d’aide et d’accompagnement de qualité auprès de la personne soignée et de son entourage

Objectifs généraux

Mettre à la disposition des soignants qui sont préoccupés par les problèmes d’accompagnement des personnes en fin de vie et en soins palliatifs, des outils afin d’optimiser les soins.

Situations sanitaires exceptionnelles

Depuis 2015 le système de santé français est régulièrement amené à prendre en charge des victimes multiples lors de situations sanitaires exceptionnelles (SSE).

Que ce soit lors d’attentats (Charlie, Bataclan), à cause d’une épidémie (covid 19) ou bien d’un accident industriel majeur (AZF, Lubrizol).

L’objectif global de cette formation est de permettre aux professionnels exerçant en dehors des structures hospitalières traditionnelles d’acquérir des connaissances théoriques nécessaires afin de réagir de façon cohérente et efficace lors de situations d’urgences collectives.

A la fin de chacun des modules une évaluation sous la forme de QCM permettra à l’apprenant de faire le point sur ses acquis et sur les notions à revoir pour envisager de façon efficace le module suivant.

Toutes les informations, conseils, conduites à tenir, protocoles sont basés sur des faits scientifiques et sur les recommandations des sociétés savantes compétentes au moment de l’écriture.

A la fin de chaque diapositive les dites références seront disponibles et une bibliographie complète sera proposée en fin de cours.

iStock-459004257.jpg

Les Anticoagulants

iStock-1175910568.jpg

Les anticoagulants sont des médicaments se présentant sous différentes formes contribuant à la fluidification sanguine dans le cadre d’affection chronique ou aigüe. Leur mécanisme d’action agit aux différents stades de la coagulation.

 

L’objectif global de cette formation est l'amélioration de la pertinence de l’analyse de la situation globale du patient pour une meilleure efficience des stratégies thérapeutiques de la prise en charge du patient sous anticoagulant.

LE BSI

Les besoins en soins des patients à domicile sont croissants. Pour une prise en charge efficiente et personnalisée, il est indispensable de prendre en compte toutes les dimensions d’une personne : physiologique, psychologique, économique, sociale et culturelle.

Cette formation vous permettra l’appropriation des différents concepts et la diffusion des bonnes pratiques d’évaluation pour une meilleure pertinence des plans de soins, la sécurisation des parcours de soins par la prise en compte des risques, au bénéfice de la qualité des soins.

iStock-543487480.jpg

Rappels oncologiques et prise en charge du cancer au domicile

iStock-1207170051 (1).jpg

Avec 382 000 nouveaux cas de cancer diagnostiqués par an, et un environ 1,2 million de personnes atteintes de cancer avec une prise en charge qui se centre particulièrement sur le secteur hospitalier, l'intégration des professionnels de ville dévient un point essentiel dans le traitement des patients dans sa globalité. Ainsi le nouveau Plan Cancer donne une importance majeur à l’accessibilité aux soins, au dépistage et à l'accompagnement global, pendant et après les traitements. Ces points sont mis à l'honneur à leur juste titre, et font partie des constats internationaux. Pour cela, les professionnels qui se situent à toutes les étapes du parcours de soins, nécessitent d'être intégrés dans les discussions autour du patient, et pour cela, une connaissance globale des moyens thérapeutiques et des soins de supports seront mises à disposition lors de cette formation.

Une fois les traitements terminés, les survivants sont presque 2/3 (63,5%) à souffrir des séquelles dues au cancer ou aux traitements, défis encore à relever par les professionnels de la ville.

Promotion des comportements favorables à la santé

La promotion des comportements favorables à la santé incluant l’alimentation saine et l’activité physique régulière vise principalement à lutter contre l’obésité et la dénutrition. C’est aussi un élément de lutte efficace contre les maladies cardiovasculaires, les cancers, d’autres maladies chroniques, dont les affections de longue durée à travers par exemple l’activité physique adaptée.

L’obésité est une question de santé publique pour deux raisons majeures : sa fréquence et son coût. En France, chez l’adulte, la prévalence de l’obésité est estimée à 17% et l’excès de poids concerne près de la moitié de la population. Chez les enfants de 6 à 17 ans, la prévalence du surpoids est estimée à 17%, dont 4% d’obèses. Le coût social de la surcharge pondérale est très élevé. Il avoisine les 20 milliards d’euros (1% du Produit Intérieur Brut) sur l’année 2012, selon la Direction Générale du Trésor, qui note, en 2016, que les mesures pertinentes mises en place sont encore insuffisantes face aux risques sanitaires encourus.

iStock-524885582.jpg

Infirmier face à la maladie d'Alzheimer

iStock-1048265014 (1).jpg

La maladie d’Alzheimer est une maladie neuro dégénérative (Atteinte cérébrale progressive conduisant à la mort neuronale) caractérisée par une perte progressive de la mémoire et de certaines fonctions intellectuelles (cognitives) conduisant à des répercussions dans les activités de la vie quotidienne.

Les symptômes évoluent dans le temps. Cette évolution est variable d’un individu à l’autre.

Les troubles de la mémoire forment le symptôme le plus fréquent. Ils doivent être associés à un autre trouble des fonctions cognitives pour que le diagnostic de maladie d’Alzheimer puisse être évoqué. Il peut s’agir :

  • de troubles du langage (aphasie) ;

  • de difficultés à effectuer certains gestes (apraxie) ;

  • de la perte de la reconnaissance des objets ou des personnes (agnosie) ;

  • ou encore de la perte des fonctions exécutives, c’est-à-dire de la capacité à adapter son comportement à un contexte donné.

 

Les causes précises de la maladie ne sont pas identifiées, mais les travaux de recherche en cours sur le sujet permettent de mieux en connaître les mécanismes biologiques.

« Accueil et soins de l’enfant de 0 à 3 mois dans une démarche de bientraitance, à l’aide de ses compétences néonatales et des avancées de la psychologie du développement »

Cette formation propose une vision actuelle des besoins du nouveau-né et du nourrisson jusqu’à 3 mois, en intégrant les récentes découvertes en psychologie du développement et en neurosciences affectives et sociales. Elle aborde la place de la dimension relationnelle lors des soins, en lien avec les compétences néonatales, la communication motrice et réflexe du nouveau-né, et son développement dans ses différents axes : sensoriel, psychomoteur, cognitif, affectif et social.

Ces connaissances sont mises en perspective en lien avec les pratiques professionnelles d’accueil du nouveau-né et de ses parents ; de soin au nouveau-né, en lien avec ses parents ; et de guidance parentale pour prendre soin de leur bébé.

Cette formation offre ainsi une approche éclairée de la prise en soin bien-traitante du nouveau-né et du soutien à la parentalité.

iStock-149051793.jpg

Prise en charge de la douleur pelvi-périnéale chronique et endométriose

iStock-1275799083.jpg

La prise en charge thérapeutique de la douleur pelvi-périnéale chronique (DPPC) chez la femme est un enjeu de santé publique. Au-delà de l’endométriose, des nombreuses pathologies gynécologiques sont responsables des douleurs pelviennes chroniques :  vestibulodynie, névralgie pudendale, douleur périnéale liée à l’accouchement, douleur de règles sans endométriose, douleur musculaire périnéale, douleur vésicale, urétrale, côlon irritable, et ainsi de suite.

L’endométriose touche 1 femme sur 10 et la douleur pelvienne chronique est retrouvée dans 50 à 91 % des femmes atteintes d’endométriose. Parmi ces femmes, 40 % développent des douleurs pelviennes chroniques avec une altération de leur qualité de vie. La sévérité du retentissement sur la qualité de vie est essentiellement lié à la symptomatologie douloureuse qui provoque des limites physiques, fonctionnelles, sociales, psychologiques, neurologiques et métaboliques.

Le retard de diagnostic est fréquent, avec une moyenne de 5 ans d’errance, ce qui représente le nomadisme médical et entraîne de l’anxiété et de l’invalidité aux patientes, aussi bien que le surcoût des soins de santé. 

Compte tenu de la méconnaissance et de la détresse dans ce domaine, nous avons souhaité réaliser une formation dédiée aux professionnels de santé afin de pouvoir leur donner des outils nécessaires pour accompagner ces patientes souffrantes de douleurs pelvi-périnéales chroniques et/ou d’endométriose.