• aniggel

Changer de sexe sans chirurgie possible ?

Histoire folle mais vraie des Guevedoces

Le petit village de Salinas, en République dominicaine, est frappé par un phénomène pour le moins étonnant. Certains de leurs enfants, environ un sur quatre-vingt-dix, se voient changer de sexe à la puberté. En effet, il commence sa vie avec un appareil génital féminin avant de développer un pénis vers l’âge de 12 ans.

En conséquence, elles sont assignées et élevées comme des filles dès la naissance, jusqu'à ce que les organes génitaux masculins deviennent apparents autour de la puberté.


Je tiens à préciser ici qu’il ne s’agit en aucun cas d’une question de chirurgie ou de malformation, un enfant de ce village qui naît avec des organes génitaux féminins peut changer naturellement, sans aucune intervention humaine, de sexe en développant des organes masculins. D’ailleurs le nom Guevedoces signifie littéralement : « pénis à 12 ans ».


Bien que ça paraisse irréel, il y a une explication scientifique.


Les premières enquêtes scientifiques sur les Guevedoces ont eu lieu dans les années 1970, lorsque Julianne Imperato-McGinley, une endocrinologue de l'Université Cornell, s'est rendue dans le village de Las Salinas en République dominicaine pour enquêter sur des rapports d'enfants apparemment de sexe féminin devenant des enfants de sexe masculin au début de la puberté. La cause a été déterminée comme étant un déficit en 5α-réductase et les résultats ont été publiés dans la revue Science en 1974. La fréquence du déficit s'est avérée inhabituellement élevée à Las Salinas, avec un taux d'occurrence de 1 güevedoce pour 90 mâles non affectés.


La transformation d'un enfant phénotypiquement féminin en un adulte phénotypiquement masculin à la puberté, est le résultat d'un mâle génotypique (avec des chromosomes XY) né avec un déficit en enzyme 5α-réductase. La 5α-réductase est responsable de la conversion de la testostérone en dihydrotestostérone via la réduction de la testostérone. La dihydrotestostérone (DHT) est l’hormone responsable de la majorité du développement embryonnaire des principales caractéristiques sexuelles masculines telles que la taille des organes génitaux. Cependant, la forme oxydée de l'hormone, la testostérone, favorise l'apparition des caractères sexuels secondaires. Ainsi, un enfant XY sans 5α-réductase fonctionnelle ne peut pas convertir la testostérone en une forme qui développe les caractéristiques sexuelles primaires et aura l'apparence des organes génitaux féminins. À la puberté, lorsque de grandes quantités de testostérone sont produites, les caractéristiques sexuelles secondaires se développent, produisant ainsi un homme phénotypique.



À la naissance, les enfants concernés naissent bien avec un chromosome X et un Y comme la plupart des hommes sur Terre mais ils ont un sexe et une apparence féminine, exemples :



Le phénomène existe aussi en Papouasie-Nouvelle-Guinée sous le nom de "turnims" (ceux qui vont devenir des hommes), mais contrairement aux Güevedoces qui considèrent ce changement comme une bénédiction et organisent une fête, les "turnims" sont rejetés par leurs familles…


Pour ceux que ça intéresse, voici le lien vers l’interview d’un Guevedoce fait par la BBC :

https://www.bbc.com/news/magazine-34290981

100 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout